La transition écologique comme évidence morale et économique

Mis à jour : mai 6




Psychiatre, aviateur, explorateur, fondateur et Président de la Fondation Solar Impulse, Bertrand Piccard est aujourd'hui une figure de la lutte contre le changement climatique. A bord de Solar Impulse, avion fonctionnant uniquement via l'énergie solaire, il réalise un tour du monde entre 2015 et 2016, à la suite duquel il fonde, lors de la COP22 à Marrakech, l'Alliance mondiale pour les technologies propres, et lance le Challenge des 1000 solutions. L'objectif : récolter 1000 solutions rentables sans mettre la planète en danger, permettant "créer des emplois et développer l’économie en remplaçant ce qui est polluant par ce qui protège l’environnement"


1. Selon vous, quels sont les principaux freins à la transition des entreprises vers une économie durable ?

Le premier est dû à un problème de perception. Les solutions écologiques ont longtemps été trop coûteuses, ou trop complexes à mettre en œuvre, les disqualifiant de fait pour des organisations qui cherchent à maximiser leur profit. Or, ce n’est plus le cas aujourd’hui, puisque les technologies qui protègent l’environnement permettent de faire des économies en augmentant l’efficience des entreprises à tous les niveaux. Sans même parler du profit découlant de nouvelles opportunités industrielles.


Le second provient d’un cadre légal qui reste basé sur les technologies du passé, et qui autorise encore à polluer alors que les solutions propres permettraient de faire beaucoup mieux si elles étaient activement implémentées. Une modernisation législative est indispensable, avec des normes et des règlementations plus ambitieuses qui pousseraient au changement.


La transition écologique n’est donc plus seulement nécessaire d’un point de vue moral, elle est devenue tout simplement évidente d’un point de vue économique.

2. Pourquoi soutenez-vous l'initiative ?

Parce que je suis profondément convaincu par l’effet “role model”. En montrant qu’elles s’engagent pour la transition écologique, les entreprises de la Convention21 prouvent qu’une autre manière d’aborder le monde des affaires est non seulement possible, mais surtout souhaitable. Ce faisant, elles inspirent beaucoup d’autres acteurs privés et mettent en place un cercle vertueux. Ce genre d’initiative peut véritablement faire la différence dans la lutte contre le changement climatique, maintenant que nous voyons la lenteur des négociations internationales.

3. Pour vous, la Convention21 sera une réussite si…

Il n’est pas suffisant de mettre en place des objectifs ambitieux de neutralité carbone pour 2015. Encore faut-il que les entreprises mettent en œuvre des actions très concrètes pour les atteindre. C’est le sens de mon engagement avec la Fondation Solar Impulse et le Challenge des 1000 Solutions : permettre de créer des emplois et développer l’économie en remplaçant ce qui est polluant par ce qui protège l’environnement.


Et question annexe : pour vous, la Convention21 en trois mots clefs ?

Pionnier. Démonstration. Solution.

0 vue