Les territoires comme levier d'action



Chevalier dans l'Ordre national du Mérite, avocate au barreau de Paris, Patricia Savin est docteur en droit et diplômée de l'IHEDN. Elle est titulaire d'un DEA de droit de l'environnement et diplômée de l'Institut de Droit Public des Affaires du Barreau de Paris. Avocate associée au sein de DS avocats, depuis 2012 elle est également présidente d'Orée.

À l’échelle des territoires, quels sont les leviers dont disposent les entreprises pour faire face aux défis du dérèglement climatique et de l’érosion de la biodiversité ?

La réussite de la transition écologique ne pourra pas se faire sans les territoires. Les compétences des Régions ont été élargies en matière de développement économique. Les entreprises ont tout intérêt à travailler avec elles et solliciter leur accompagnement.

Parmi les pistes à envisager, les territoires doivent être un moteur pour entraîner les entreprises vers la RSE. Afin de fédérer un maximum d’acteurs et co-construire une action cohérente, les territoires disposent de plusieurs leviers comme celui de s’appuyer sur des plateformes régionales rassemblant l’ensemble des parties prenantes. Auprès des PME, leur rôle est avant tout de faire de la sensibilisation. Ainsi, en soutenant l’émergence d’entreprises transparentes sur leur impact environnemental et engagées à le réduire, les territoires assurent une meilleure comparaison des acteurs et encouragent les actions efficaces et sincères.

Autre levier d’action : l’économie circulaire. En favorisant les synergies entre acteurs économiques, en aidant des filières consacrées au réemploi, à la réutilisation et à l’écoconception, et en agissant sur la commande publique, les territoires possèdent là aussi des moyens d’agir utiles pour accompagner la transition de leurs acteurs économiques.

Quels sont les principaux avantages qui ressortent d’une collaboration entre acteurs économiques/industriels et territoriaux ?

Selon le rapport « Dasgupta » de février 2021 mené par l'université de Cambridge, depuis 1992 le « capital naturel », c’est-à-dire l'estimation des bénéfices tirés de services offerts par la Nature a chuté de 40 % par personne. Sur la même période le PNB par habitant mondial a lui doublé… Compétentes pour mener la stratégie économique des territoires, les Régions ont forcément un rôle à jouer. De plus, du fait de leur proximité géographique, leurs actions peuvent paraître plus lisibles et compréhensibles pour les acteurs économiques.

Soutenir des projets à impact positif permet aux territoires d’influencer durablement les tissus économiques locaux. Face aux exigences environnementales croissantes des marchés économiques, ce maillage rime forcément avec une meilleure attractivité du territoire. À l’inverse, les entreprises bénéficient également de leur « ancrage territorial ». Nos travaux avec ORÉE ont abouti à l’observation suivante : plus une entreprise est ancrée localement plus elle bénéficie d’opportunités pour innover (capital confiance, savoir-faire, alliances). L’entreprise tire parti du capital immatériel territorial accumulé et le renforce en venant irriguer le terreau dans lequel elle évolue.

Pourquoi avoir décidé de devenir partenaire du Grand Défi ?

Depuis 1992, ORÉE se présente comme un réseau multi-acteurs et fait dialoguer territoires et acteurs économiques. Il est donc tout naturel pour l’association de soutenir la démarche du Grand Défi qui va donner directement la parole aux entreprises sur le modèle de la Convention citoyenne pour le climat. C’est une excellente occasion de mettre en lumière nombre de sujets sur lesquels nous travaillons depuis longtemps comme l’écologie industrielle et territoriale, le reporting extra-financier, la comptabilité triple capitaux, l’ancrage local, la biodiversité et économie... Nous comptons sur le Grand Défi pour renforcer leur visibilité auprès des acteurs économiques mais également auprès des pouvoirs publics. L’opération sera une réussite s’ils s’en emparent encore plus !

75 vues